Passé-simple est un traître


Inclassable / vendredi, août 30th, 2019

Passé-simple est un traître. Forcément, il est le mal-aimé de la famille Indicatif. On lui demande peu de choses, on ne le sollicite que rarement. Pire encore, ses frères le traitent de renégat, voire de laissé pour compte. Quant à Futur-antérieur qui ne peut pourtant tirer gloriole de ses prestations, il le qualifie de “simplet” – calembour des plus faciles et des moins recherchés qui a le don de renforcer encore le ressentiment de son frère.

A force de mauvais traitements, Passé-simple s’est rabougri, il est devenu un taiseux aigri, haineux, sombre et grognon, toujours de mauvaise humeur, rarement plaisant, jamais complaisant, en aucun cas serviable. Le pauvre, si peu sollicité et tant moqué, il a perdu l’habitude de se parer, de rayonner et d’exulter.

Une lampe s’allume, c’est la sienne, le voilà de service, grincheux comme à son accoutumé. Il doit offrir ses “a” et ses “is”, ses “it” et ses “eurent”, ses “îmes” aussi, fier malgré tout d’être le seul de ses frères à pouvoir se parer d’un chapeau seyant. Il distribue ses terminaisons sans effort, en exigeant des verbes qu’ils se présentent à lui dans leur plus simple radical, sur trois colonnes bien distinctes. Avec son dédain qui lui est coutumier, il les a classés en trois groupes (l’idée vient de lui), du premier au troisième, en laissant accroire que le quantième était synonyme de qualité. Quelle ineptie, tout grammairien sait bien que le groupe premier est celui des verbes communs, puisque tout verbe fraîchement né tombe exclusivement dans cette escarcelle. Le deuxième groupe forme un tout bien soigné qui suit des règles précises. Le troisième quant à lui est celui des individus au caractère bien marqué dont il faut se méfier, puisque chacun suit ses fantaisies propres. Mais Passé-simple ne les aime pas comme la suite de l’histoire le montrera.

L’écrivain malin, assis on ne sait où et écrivant on ne sait quoi, vient de prendre sa plume. Les temps attendent en silence pour savoir lequel sera élu. Stupeur et tremblement dans la famille Indicatif, c’est Passé-simple qui doit œuvrer. Il s’avance en claudiquant, sachant par avance qu’il devra partager sa tâche avec Imparfait, cet impertinent pour qui tout n’est que facilité. Passé-simple se dresse sur ses jambes en grognant, les verbes s’avancent en se bousculant – c’est que c’est amusant de provoquer Passé-simple. Le voici qui, pour se venger, se met à distribuer ses terminaisons sans contrôler le radical.

Et c’est ainsi que “cousit”devint “cousa”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code