Salon culinaire ou salon de la flemme ?


Inclassable / mercredi, avril 10th, 2019

L’annonce publicitaire m’a enthousiasmée : pour moi qui aime me promener dans les foires, qui est attirée par tout ce qui est culinaire et qui cultive une flemme certainement héréditaire, ma destination de ce dimanche midi était toute trouvée !

La porte d’entrée franchie, vous êtes séduit par les lieux. Tout d’abord, on vous dispense de sortir votre porte-monnaie pour payer l’entrée, ce serait trop fatigant.

On vous propose ensuite de suivre le salon sans en perdre une miette, mais de la plus agréable façon : vous vous asseyez sur une chaise bien confortable qui s’enclenche dans des rails et vous mène à travers tous les présentoirs de chacun des quatre halls.

 

Première exposition : tous les robots ménagers.

Ce premier hall regroupe tous les robots ménagers, tous, même les plus inouïs, même les plus farfelus, même ceux que vous ne pouviez imaginer.

Incroyable direz-vous en voyant tout ce que vous n’aurez plus à faire si vous succombez à l’achat de tous les robots :

  • Ceux qui hachent
  • Ceux qui coupent
  • Ceux qui pèlent
  • Ceux qui grattent les casseroles qui ont attaché
  • Ceux qui fouettent
  • Ceux qui mélangent
  • Ceux qui refroidissent
  • Ceux qui chauffent
  • Ceux qui cuisent
  • Ceux qui …

Auriez-vous vraiment pensé qu’une machine puisse effectuer toutes ces tâches ?

 

Deuxième exposition : tous les programmes d’ordinateur.

Si les robots sont là pour travailler à votre place, véritables esclaves des temps modernes, les programmes d’ordinateur vont disséquer votre mode de vie et vous proposer tout ce dont vous aurez envie sans que vous ayez besoin de réfléchir.

Un des programmes vous indique les menus de la semaine. En même temps, il commande vos courses (qui seront livrées gratuitement, directement à domicile, et même rangées dans le frigo et les placards). Il a en mémoire toutes les réserves dont vous disposez et calcule les quantités en fonction de ces données.

Un autre vous propose des menus adaptés aux caprices de vos invités (ceux qui n’aiment pas : cochez la bonne case : les chou de Bruxelles, les endives, la tête de veau…). Pour m’amuser, j’ai cliqué dans le programme que parmi mes 6 invités, l’un était allergique au gluten, l’autre au lactose, le troisième ne supportait pas les fruits de mer, le quatrième était végétarien, le cinquième détestait le poisson et le dernier ne mangeait aucun légume. Malgré ces contraintes maximales, le programme m’a donné un choix entre trois menus alléchants !

Le stand suivant fait la promotion d’un programme qui vous indique les recettes à choisir en fonction du temps dont vous disposez (en tenant compte du rangement et des ustensiles que vous possédez).

Vous en avez assez vu, vous passez dans le hall suivant.

 

Troisième exposition : les menus de la flemme

Epoustouflant : il y a là tous les repas prévus pour les différents cas de flemme, avec possibilité d’y goûter.  Attention, comme vous avez la flemme, il n’y a pas moyen de participer à l’élaboration !

  • Flemme de cuisiner (plats tous prêts)
  • Flemme de manger (un bon livre de cuisine pour passer le temps et donner envie de manger)
  • Flemme de mâcher (des plats où il n’y a rien à mordre)
  • Flemme de nettoyer (menus sans vaisselle)
  • Flemme de manger épicé, salé, sucré…, toutes les flemmes sont visitées.

 

Quatrième exposition : explosif

Avant d’entrer dans ce quatrième hall, vous n’auriez jamais imaginé ce qu’il contenait, et pourtant, vous explosez de joie :

Vous bondissez de votre chaise et vous vous précipitez pour vous inscrire à la démonstration : il s’agit de cuisiner à l’ancienne. Tout d’abord, vous devez traire une vache, puis ramasser des œufs (sans les casser) avant de passer dans un jardin où vous récolterez des légumes.

Vous passez déposer vos trésors à la cuisine, puis vous ressortez fendre du bois et tirer de l’eau au puit. Ensuite, à l’aide d’un couteau d’office, un fouet, une cuiller en bois, d’une poêle, d’une casserole et d’un faitout, vous allez concocter un délicieux déjeuner sur une cuisinière à bois.

Ca y est, il est prêt. Quel fumet, quel délice… mais quelle fatigue…

Vous rentrez chez vous comme sur un nuage : quelle idée vous a donc pris de croire que la flemme vous procurerait du bonheur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code